Archives pour 'juillet, 2004'

Photos au festival du temple Yasukuni

 | 18/07/2004 21:23

Quelques photos prises lors du festival du temple Yasukuni à Tokyo.

Bon Anniversaire Lionel!

 | 07/07/2004 22:32

Déjà 25 ans, tout va trop vite. Bonne teuf avec les copains et la famille, j’espère plein de photos sur le site…

Le voyage d’Anne et Michel au Japon

 | 01/07/2004 16:28

VOYAGE JAPON MAI 2004

Dimanche 9 : quartier Ueno, visite du Musée des Sciences

Un peu d’histoire :

Le quartier d’Ueno est l’un des principaux « centres » de Tokyo.

Ueno signifie « la plaine en hauteur ». La colline d’Ueno fut d’abord un endroit stratégique d’où les gardiens du château d’Edo, dans lequel demeurait le shogun, pouvaient surveiller l’arrivée des ennemis. Au début du XVII° siècle, les daïmyos (seigneurs) installèrent ici leur résidence, mais il durent bientôt laisser la place au shogun lui-même.
Celui-ci fit construire plusieurs temples pour lui et sa famille, temples qui furent presque tous détruits en 1868 lors d’une grande bataille entre les partisans des Tokugawa et ceux de l’empereur.
Ce n’est qu’en 1873 que l’idée d’un parc public, le premier au Japon, commença à germer. Une fois terminé, en 1890, la ville en fit cadeau à l’empereur Meiji, et il fallut attendre 1924 pour qu’Hiro Hito, à l’occasion de son mariage, le restitue à la municipalité.
Le parc contient l’université des Arts et de la musique, le musée métropolitain des Arts, l’Académie des beaux-arts, le Musée national, un jardin zoologique et le fameux temple Kan’ei-ji. Tous ces bâtiments furent construits par des architectes prestigieux comme Le Corbusier, Hitoshi Watanabe, Junzô Sakakura, Kunio Maekawa.

Après un pique-nique un peu humide dans le parc, nous avons visité le Musée National des Sciences.

Musée National des Sciences :

C’est un peu l’équivalent pour Tokyo du palais de la Découverte parisien.

Avec les enfants, nous avons été particulièrement intéressés par l’exposition de squelettes d’animaux de la préhistoire, dont plusieurs dinosaures et un mammouth de tailles très impressionnantes ! Egalement une intéressante histoire de l’évolution de l’homme, avec squelettes et crânes des différentes étapes de cette évolution.

Mais ce qui a le plus intéressé les enfants, c’est une salle spécialement conçue pour leur permettre d’expérimenter par eux-mêmes différentes découvertes de la physique. Alexis a surtout aimé : jeter des grosses boules de billard dans la salle pour tester les réactions des visiteurs (cette expérience n’était pas spécialement prévue par le Musée) et faire tourner les manivelles pour produire de la lumière ! C’était dur et le soir il était bien fatigué….

Juliette a essayé toutes les expériences avec beaucoup d’intérêt, mais ce qu’elle a préféré, c’est tester la capacité de portage de son grand-père sous la pluie à la fin de la journée!

De retour à la maison, une bonne tartine de chocolat a récompensé tous ces efforts.

Lundi 10 : quartier Ueno

Deuxième jour de visite dans ce quartier ancien de Tokyo : au programme, repas dans un restaurant traditionnel japonais puis visite d’un temple.

Mme Otsuka, la maman de Mayumi, nous a très gentiment invités dans ce restaurant dont la spécialité culinaire est le « Tempura » : assortiment de délicieux beignets de poisson, crevettes ou différents légumes, enrobés d’une pâte frite très légère, sans oublier le traditionnel bol de riz, sans lequel Alexis ne serait pas nourri !

Après ce sympathique repas, une promenade digestive s’impose : c’est l’occasion de visiter le temple NEZUJINJA tout proche, inséré dans un très beau jardin qui constitue un havre de paix au centre de ce quartier populaire très urbanisé.
Le JINJA, ou temple, est le lieu saint où les fidèles de la principale religion du Japon, le SHINTO, se rendent pour prier. Le symbole d’un temple est sa porte, appelée « Torii » : elle représente la division entre le monde terrestre et le monde divin.
Dans le jardin du Nezujinja,,outre la principale porte d’entrée dans le jardin entourant le temple, nous avons découvert une très longue succession de portes rouges formant allée, peut-être destinée à la méditation ?

A côté du temple, on peut aussi voir un ancien théâtre de « NOH» : les acteurs se produisaient en plein air sur la terrasse surélevée, les spectateurs se trouvant dans le jardin.
Le NOH est l’art théâtral le plus ancien du Japon. Il s’agit d’une forme d’art complet, recouvrant non seulement la musique, la danse et la littérature, mais aussi la sculpture, la teinture et le tissage, ainsi que la construction d’accessoires.
Tous les acteurs de NOH sont des hommes, qui tiennent donc également les rôles féminins.

Mardi 11 : départ pour Karuizawa

Chic : on part en vacances! Derniers préparatifs avant d’embarquer, il ne faut rien oublier…

Située aux pieds du Mont Asama, Karuizawa fut longtemps connue seulement des étrangers.Elle est à présent devenue la principale destination d’été de la bourgeoisie tokyoïte et des étrangers en poste à Tokyo. Située sur un plateau naturel enchâssé par les montagnes, c’est un lieu de villégiature très agréable et où l’on peut y pratiquer non seulement le vélo, mais aussi le tennis, golf, équitation… En somme c’est un peu le Megève japonais!

Après un pique-nique au bord d’un très joli lac, ballade en vélo dans une forêt magnifique, avant de nous retrouver pour l’apéritif dans le très joli chalet qui nous fait penser aux Alpes françaises.

Mercredi 12 : promenades aux environs de Karuizawa

Première étape de la journée : Shiraito no taki (la cascade des doigts blancs).
Il fait plutôt froid mais cela ne nous empêche pas de faire les traditionnelles photos devant le bassin naturel de la cascade, mais pour le bain on repassera! Une petite marche dans les environs, et on repart en direction du mont Asama.

Le Mont Asama est un volcan culminant à 2568 m d’altitude. Comme il est actuellement en activité, on ne peut monter à son sommet, mais on peut se promener à l’intérieur d’un jardin aménagé au milieu de rochers de lave provenant d’anciennes éruptions, au milieu desquels la végétation a peu à peu repris sa croissance. Au centre de ce jardin, appelé Oni no oshidashi en, un temple boudhique a été construit en souvenir de toutes les victimes des nombreuses éruptions du volcan Asama.
Entre le noir des roches volcaniques, le vert intense de la végétation, et le rouge éclatant des bâtiments boudhiques, les contrastes sont saisissants ! Malheureusement un temps très brumeux n’a pas permis aux photos de rendre pleinement la réalité de ces couleurs…

Juliette et Alexis ont bien profité des allées très praticables de ce jardin pour faire la course et se sont bien amusés à faire résonner les grosses cloches (appelées Bonshô) pour appeler vers eux la bienveilllance des esprits.

Jeudi 13 : Lac Shirane et village de Kusatsu

Pour rejoindre le village de Kusatsu, nous passons par un col et faisons étape au lac Shirane, situé dans le creux d’une montagne à plus de 2000 m d’altitude : il s’agit probablement d’un ancien volcan. Jusqu’à présents les montagnes que nous avons vues étaient couvertes de forêts très denses, mais ici au contraire la montagne est très dénudée, le vent souffle fort et il fait plutôt froid. Ambiance alpine! D’ailleurs, il y a encore de la neige, pour la plus grande joie des enfants qui sont ravis de faire une bataille de boules de neige avec Jérôme et Michel.

Nous rejoignons ensuite la station thermale du village de Kusatsu.

Les Japonais sont de grands amateurs de station thermale, appelées ONSEN, et c’est là que nombre d’entre eux vont passer leurs vacances. Ces stations thermales utilisent les eaux jaillissant naturellement des montagnes volcaniques, auxquelles on attribue un pouvoir de guérison de certaines maladies.
Le village de Kusatsu est très original car entièrement construit autour d’une source thermale extrêmement chaude. Cette source jaillit dans un grand bassin au centre du village et circule dans des caissons de bois destinés à la refroidir, avant de s’écouler en cascade dans un autre bassin.
Toutes les maisons et hôtels du village profitent des bienfaits de cette eau et le village offre de nombreuses possibilités de pratiquer l’expérience du ONSEN. Ainsi les hôtels mettent à disposition de leurs clients de superbes bassins aménagés à l’intérieur ou à l’extérieur. Ces derniers, nommés ROTENBURO, ou bains en plein air, aménagés dans un cadre naturel, à ciel ouvert, par leur ambiance calme et paisible, garantissent une détente complète. Il est également très étonnant de voir à proximité du village un véritable torrent de montagne dont les eaux sont brûlantes ! Un établissement de bains publics est installé sur le cours de ce torrent.
En haut du village on peut aussi admirer un jardin-cimetière comportant des pierres tombales apparemment très anciennes, des petits oratoires et des statues de style boudhique, voisinant avec l’école maternelle…

Après la visite du village, nous rejoignons notre RYOKAN, hôtel de style japonais traditionnel. Les chambres, dont le sol est couvert de tatami, nattes en bambou tenant lieu de plancher, ont des cloisons coulissantes en papier, ouvrant sur un petit jardin intérieur à l’hôtel comportant un petit cours d’eau et une fontaine, sans oublier le célèbre BonsaÏ (arbre nain).
On nous apporte, comme dans tous les établissements de ce style, des Yukata (kimonos en coton), qu’il est traditionnel de revêtir pour aller au Onsen, ou même pour aller dîner. Même les enfants ont droit à leur Yukata et font l’admiration de tous dans cette tenue.
Le dîner, servi dans une chambre privée, est très raffiné et offre un assortiment très varié des plats traditionnels japonais. Le matin, nous aurons droit au petit déjeuner japonais traditionnel et là, ce sera un peu plus difficile pour nous (pas de café, mais du thé vert, du poisson séché, de la soupe miso au soja, des légumes salés, des algues sèches et du riz, il faut s’y habituer …..).

Vendredi 14 : Promenades autour de Kusatsu

Le beau temps de mai est enfin de retour ! Nous en profitons pour faire une jolie promenade dans les environs du village, par un joli sentier caché dans la forêt. Après le pique-nique dans les bois, nous redescendons vers le village en longeant un torrent qui nous rappelle nos Alpes. La station de ski voisine sert en partie de terrain de golf en été. Un peu plus tard, nous reprenons la voiture pour explorer les environs du village et gravissons une route qui n’en finit plus de tourner et monte très haut : on se croirait au col du Galibier ! Au sommet nous pouvons voir l’ensemble de la région et surtout nous découvrons une superbe mer de nuages au-dessus des vallées situées plus au Nord. C’est l’occasion de faire encore quelques belles photos. Du coup, Jérôme ne résiste plus au plaisir de faire une photo de sa belle voiture !

Samedi 15 : en route pour MINAKAMI

Nous quittons le Ryokan de Kusatsu où nous avons passé deux nuits très agréables et reprenons les routes de montagne pour rejoindre MINAKAMI, village situé au pied d’une très longue vallée assez encaissée, comportant plusieurs barrages successifs pour la production d’électricité, et donc de jolis paysages avec des lacs.
Cette vallée est réputée pour la pratique de différents sports : VTT, Rafting, Canyoning entre autres. Nous avons rendez-vous avec le moniteur d’un club organisateur de ce genre de sports pour une ballade en VTT plutôt cool par rapport à ce qu’on pratique habituellement chez les Limozin (montée en mini-bus). Le moniteur essaie de nous apprendre quelques acrobaties, comme descendre un escalier ou décoller avec le vélo. Les participants sont plus ou moins doués….Heureusement le moniteur est très gentil et surtout très attentionné avec les dames! Pendant que nous faisons les fous, Mayumi fait une promenade avec Juliette et Alexis au bord du torrent qui traverse le village de Minakami. Juliette fait de belles photos !
Le soir nous rejoignons notre hôtel et profitons à nouveau du Onsen pour récupérer de la fatigue (très relative) de la journée

Dimanche 16 : deuxième jour à Minakami.

Aujourd’hui au programme : rafting! Mais comme le temps est plutôt mauvais et qu’il pleut beaucoup, les eaux sont assez hautes, aussi Mayumi et Anne préfèrent rester avec les enfants et laisser les hommes affronter seuls les flots impétueux. Pendant ce temps Mayumi, Anne et les enfants visitent le village et regardent avec une certaine angoisse la rivière qui le traverse en se demandant dans quel état elles vont retrouver leurs maris. Juliette et Alexis, eux, ne s’en font pas du tout et continuent à chahuter à qui mieux mieux.
Heureusement pour Michel et Jérôme, ils sont accompagnés d’un moniteur très compétent qui assure parfaitement leur sécurité. Au retour, ils semblent contents mais presque un peu déçus… Finalement, il fallait bien garder quelques forces, car il nous faut à présent faire la route pour rentrer à Tokyo. Notre première semaine de vacances est terminée !

Lundi 17 : Tokyo, quartier Tsukuda

Aujourd’hui il fait très beau. Nous en profitons pour faire une grande promenade aux alentours de l’immeuble où habitent Jérôme et sa famille, situé au bord de la rivière Sumida. Contrairement à une image reçue, la ville de Tokyo n’est pas uniquement composée d’immeubles agglutinés les uns aux autres, et l’air n’y est pas du tout irrespirable (sauf dans certains quartiers particulièrement fréquentés). Bien au contraire, Tokyo comporte de nombreux jardins splendides et très bien entretenus, dans lesquels beaucoup de Japonais aiment à se promener aussi souvent que possible (surtout à la saison des cerisiers en fleurs). Par ailleurs, la ville est située au bord de la mer et plusieurs bras de rivières pénètrent loin à l’intérieur des quartiers, ce qui permet de faire d’agréables ballades en pleine ville.

Mardi 18 : Shopping dans le quartier de Nihombashi

Journée consacrée aux achats : en route pour le grand magasin « Bic Camera » qui vend tout ce dont on peut rêver en matière de technologie, depuis l’électroménager jusqu’à l’informatique, en passant bien sûr par le rayon des appareils photos !
Le quartier Nihonbashi (le pont du japon) est un des quartiers assez modernes de Tokyo, dans lequel on peut trouver quelques grands magasins célèbres, comme le fameux Takashimaya ou la grande librairie Maruzen. Mais surtout ce quartier doit son nom à un pont célèbre : construit pour la première fois en 1604, le Nihonbashi servit durant des siècles de « point zéro » pour établir les distances entre Tokyo et les autres villes et représentait le centre de la ville de Tokyo. Le pont actuel date de 1911 et figure sur de nombreuses estampes, comme symbole du Japon. Il est malheureusement surplombé par une bretelle de l’autoroute aérienne qui traverse la ville…
Toute la journée et le soir pendant le dîner dans l’appartement, Juliette se fait un plaisir d’expérimenter le nouvel appareil photo acheté le matin même. Les cadrages ne sont pas toujours parfaits, mais certaines photos sont tout de même assez réussies.

Mercredi 19 : excursion à Yokohama

Yokohama était jusqu’en 1853 un petit port de pêche ne comptant que quelques centaines d’habitants. En 1854 les américains demandèrent au Shogun l’ouverture des ports japonais au commerce avec l’étranger et le port se développa ensuite rapidement, notamment grâce au commerce de la soie. Avec la construction en 1872 de la première ligne de chemin de fer reliant Tokyo à Yokohama, cette ville devint le premier port international du Japon. C’est aujourd’hui la deuxième ville du Japon, avec 3.5 millions d’habitants. On peut aller à Yokohama pour admirer quelques gratte-ciel aux formes inattendues, et notamment la célèbre Land-Mark Tower, la plus haute tour du Japon (296 m).
Nous préférons consacrer la journée à la visite du jardin SANKEIEN, superbe jardin à la japonaise comportant plusieurs bâtiments (pagodes, maison de thé, anciennes habitations traditionnelles) datant de l’époque EDO.

Le jardin japonais a pour vocation de reproduire fidèlement la nature et de recréer une beauté aussi pure que naturelle. Son style est de ce fait à l’opposé de celui d’un jardin européen tendant à remodeler la nature suivant une esthétique géométrique. Le jardin Sankeien est de style Tsukiyama, offrant une reproduction miniature de la nature, avec ses collines, lacs et rivières. Il appartenait autrefois à un homme d’affaires de Yokohama qui fit fortune dans le commerce de la soie. Il fit transférer certaines constructions de différentes régions du Japon, où elles étaient menacées de disparaître, pour les reconstruire et les disposer de façon harmonieuse dans ce jardin, qui fut ouvert au public en 1906.

Malgré un temps pluvieux, la promenade est superbe et la bonne humeur règne même sous les parapluies !
Avant de repartir pour Tokyo, nous faisons une petite étape dans le fameux quartier chinois de Yokohama, où nous achetons des spécialités chinoises , notamment des « nikuman » (sortes de pains farcis cuits à la vapeur) qui seront fort appréciés au dîner.

Jeudi 20 : quartier Asakusa

Situé au cœur de la Shitamachi (ville basse), et en bordure de la rivière Sumida, Asakusa est un des quartiers les plus populaires de Tokyo. Au temps des shoguns, le « petit peuple » vivait ici tandis que les seigneurs demeuraient sur les hauteurs de la Yamanote. Le quartier est construit autour du Sensô-ji, le plus vieux temple de Tokyo, fondé en 628 par trois pêcheurs qui auraient remonté dans leurs filets une statue de Kannon en or et qui auraient édifié le temple pour la protéger.
On pénètre dans l’enceinte du temple par la Kaminari-mon, la porte du tonnerre, gardée par deux gardiens terrifiants : Fujin (dieu du vent) et Raijin (dieu du tonnerre), et ornée d’une gigantesque lanterne chinoise rouge. A partir de la porte, la Nakamise dori, longue rue bordée d’échoppes (endroit idéal pour acheter les petits souvenirs à rapporter au pays), mène au temple. Plusieurs autres bâtiments sacrés voisinent avec le temple principal. Tout autour de cet ensemble de bâtiments, on peut aussi flâner pendant de longues heures dans des galeries couvertes contenant de nombreux magasins de toutes sortes, ainsi que des restaurants très sympathiques. Chaque année, à la fin du mois de mai, a lieu dans ce quartier une des plus importantes fêtes de Tokyo : Asakusa Kannon Matsuri, qui donne lieu a une grande liesse populaire.

Vendredi 21 : anniversaire de Jérôme !

Aujourd’hui il fait grand beau temps et nous avons un programme chargé : d’abord une visite à l’école de Juliette, puis la visite du quartier Tsukiji, fameux marché au poisson et repas dans un restaurant de Sushi. Ensuite, visite du jardin Amarikyu et promenade en bateau sur la rivière Sumida jusqu’à Asakusa. Et pour finir en beauté la journée, excellent dîner d’anniversaire dans l’appartement, avec la maman de Mayumi.

Ecole de Juliette :

Les enseignants de cette école, ayant appris notre présence à Tokyo, ont organisé une petite réunion avec deux classes de maternelle, pour parler un peu de la France aux petits Japonais. C’est l’occasion d’une rencontre très sympathique, les enfants posent des questions sur notre pays et notre vocabulaire, Mayumi fait l’interprète. Ensuite nous chantons tous ensemble « frère Jacques » en français, puis les enfants chantent une chanson traditionnelle japonaise (ils chantent très bien). Ensuite ils nous offrent des fleurs en papier confectionnées en notre honneur et la séance se termine par les traditionnelles photos !

Quartier Tsukiji :

Ce quartier est devenu le plus grand marché de poissons de Tokyo, si ce n’est du monde. A l’origine, la marché de poissons avait lieu à Nihonbashi et il dura plus de 300 ans. Puis il s’est déplacé à Tsukiji et a regroupé peu à peu toutes les activités. Il est devenu l’équivalent de ce qu’étaient les Halles à Paris avant 1970. Si on est courageux, il faut se lever très tôt pour aller voir vers 5h l’extraordinaire effervescence du marché, où plus de 15000 personnes s’affairent autour de 3000 étals et de centaines de thons et autres poissons, crustacés et coquillages. Tout autour se trouvent de nombreux restaurants dans lesquels on peut déguster le poisson cru le plus frais du monde, et entre autres mets les fameux sushi (petites boulettes de riz surmontés de lamelles de poisson cru). Nous en profitons pour déjeuner dans un restaurant de sushi local, qu’il faut connaitre car caché dans un dédale de petite rues!

Jardin Hamarikyu :

Tout près du quartier Tsukiji, en bordure de la rivière Sumida, se trouve un des très beaux jardins de Tokyo. Il est particulièrement apprécié au moment de la floraison des cerisiers, mais à toute saison il est superbe avec son style japonais traditionnel, sa maison de thé située sur une île au milieu d’un petit lac et ses arbres typiques. Il offre des contrastes saisissants avec les immeubles environnants très modernes.

Croisière sur la rivière Sumida :

Depuis le jardin Hamarikyu on peut accéder directement à l’embarquement sur des bateaux comparables aux « bateaux-mouches » sur la Seine à Paris, ce que nous faisons pour la plus grande joie des enfants. Après un petit détour en direction de la baie de Tokyo, qui nous permet d’admirer, entre autres, le fameux « Rainbow Bridge » qui traverse toute la baie de Tokyo, le bateau remonte la rivière Sumida vers le quartier d’Asakusa. C’est l’occasion de découvrir d’une autre façon différents quartiers de la ville, en commençant par ceux qui sont proches de la baie, de style architectural plutôt moderne, jusqu’à ceux plus anciens plus proches du centre historique de Tokyo. Vus de la rivière, certains immeubles sont vraiment très impressionnants ! Au passage, nous longeons l’immeuble dans lequel se trouve l’appartement de Jérôme et nous pouvons faire un petit coucou à Mayumi qui est restée là pour préparer le dîner.

Dîner d’anniversaire :

Cela fait des années que nous n’avons pu fêter avec Jérôme son anniversaire. Nous sommes donc particulièrement heureux cette année de pouvoir participer à cette fête et l’ambiance du dîner, arrosé d’un excellent vin, est particulièrement joyeuse ….

Samedi 22 : jardin Korakuen

Avant-dernier jour au Japon. Malgré un temps maussade, nous voulons en profiter pour voir encore une fois un des superbes jardins de Tokyo : le Korakuen (jardin du plaisir persistant).Ce jardin, qui s’étend sur 7 hectares, fut fondé par la branche Mito des Tokugawa en 1629. Il invite à une promenade très romantique oscillant entre l’évocation de la Chine et celle de Kyoto. C’est encore une fois un havre de paix et de sérénité qu’on a bien du mal à quitter tellement l’ambiance y est calme et remplie d’harmonie.

Dimanche 23 : fête du sanctuaire Yushima Tenjin à Ueno

Pour notre dernier jour au Japon, nous avons la chance de pouvoir assister à une des nombreuses fêtes traditionnelles appelées Matsuri, qui se déroulent un peu partout au Japon en été, et en particulier à Asakusa et Ueno aujourd’hui. C’est ce dernier quartier que nous choisissons car nous craignons la pression de la foule à Asakusa pour les enfants. Les Matsuri sont des fêtes religieuses shinto et boudhiques que l’on pratique dans les temples et sanctuaires à dates fixes selon plusieurs calendriers. Le Japon était à l’origine un pays de fermiers, et la plupart de ses fêtes sont rattachées au calendrier agricole.
Le matsuri est l’occasion d’affirmer la cohésion de la société par l’ordonnance des rites . Il s’agit de vénérer les Kami (dieux) que l’on transporte dans des Mikoshi, petits temples shinto portables, que l’on sort et que l’on porte à travers les rues de la ville. On dit que l’esprit de la déité locale vient résider dans le Mikoshi au cours de la cérémonie. Chaque quartier, et même chaque groupe d’immeubles d’un quartier, honore son propre Kami et tous les habitants du quartier participent à cette cérémonie. Ce jour-là, les « salary-man » troquent leur habituel « costume-cravate » contre l’habit traditionnel aux couleurs de leur quartier, composé en général d’un pagne et d’une veste en coton (hanten) et se relaient pour participer au portage des Mikoshi qui sont très lourds. Quelques femmes participent également au portage, mais elles sont assez rares.

Les Mikoshi défilent dans toutes les rues avoisinant le temple, accompagnés de musiciens traditionnels installés sur un char. De nombreux Mikoshi défilent ainsi pendant plusieurs heures, les porteurs sont encouragés par les tambours et par les spectateurs tapant dans leurs mains. Puis ils sont amenés en grande pompe devant le temple, où ils sont bénis par un « prêtre » sous les acclamations d’un public très nombreux et très enthousiaste, avant de retourner à leur sanctuaire. L’ambiance tient en même temps de la procession religieuse et de nos fêtes de carnaval. Tout au long de la journée, on peut déguster différentes nourritures préparées dans de petites échoppes installées là pour l’occasion, comme les Yakitori (brochettes de poulet) ou petites douceurs. Les enfants peuvent aussi participer à différents jeux. L’ambiance est extrêmement joyeuse. Dépaysement garanti !

Le soir, en rentrant à l’appartement, nous faisons un petit stop au fameux magasin Takashimaya pour acheter de quoi faire encore un bon dîner. Ce magasin vaut vraiment le détour pour l’abondance des marchandises de toutes sortes qui y sont proposées, et surtout pour le rayon alimentation qui permet un voyage spectaculaire dans la gastronomie de toute l’Asie. La cave à vin également est très bien approvisionnée. Quant au rayon pâtisserie, il vaut largement celui de nos plus grands pâtissiers (qui y sont d’ailleurs représentés). Alexis en est béat d’admiration ! Heureusement qu’il y a des vitrines pour le retenir….

Lundi 24 : départ pour la France

C’est fini, il faut rentrer et nous sommes bien tristes à l’idée de ne pas nous revoir avant de longs mois… Mais nous avons vraiment profité à fond de ces deux semaines passées ensemble et nous emportons avec nous, outre quelques centaines de photos (vive le numérique !), d’excellents souvenirs qui nous feront patienter jusqu’aux prochaines retrouvailles.
Juliette et Alexis nous ont accompagnés avec Jérôme jusqu’à l’aéroport de Narita, ils n’ont pas oublié leurs avions et aimeraient bien partir avec nous…

Allez, les derniers bisous, et à bientôt !

Anne (07/2004)

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE